Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) [en]

La mission d’influence du Service de Coopération et d’Action culturelle de l’ambassade de France en Malaisie s’articule en 2015 autour de quatre axes :
-  La promotion de l’enseignement supérieur français.
-  Le développement des partenariats de recherche et d’innovation.
-  Le développement de l’enseignement du français.
-  La promotion des industries culturelles.

1 – La promotion des échanges universitaires entre la France et la Malaisie :

La Malaisie se singularise par la volonté du gouvernement d’accorder d’une année sur l’autre plus de 500 bourses (montant de l’ordre de 9M d’€) pour des études en France principalement dans le domaine de l’ingénierie. Les étudiants sont invités à la sortie du bac malaisien à suivre 1 à 2 ans de préformation en français et en mathématiques, puis ils intègrent un IUT ou directement une école d’ingénieur disposant d’une classe préparatoire intégrée et obtiennent ainsi en 4 -5 ans un diplôme d’ingénieur ou un master. Le taux de réussite à ces programmes excédant 90%, les autorités malaisiennes sont très satisfaites et demandent à la France de les étendre à d’autres domaines, comme les écoles de commerce et l’IEP de Paris.

Le SCAC facilite ainsi la mise en œuvre de deux programmes de mobilité encadrée conduits respectivement par Campus France et SFERE ‘Société française d’exportation de ressources éducatives ». En 2014, 1002 étudiants malaisiens sont partis en France dont 484 via ces programmes encadrés.

Un autre exemple d’échange universitaire est donné par la longue coopération entre l’université malaisienne privée Taylors et l’université Jean Jaurès de Toulouse. Il y a de cela 25 ans, l’académie de Toulouse a proposé à l’Université Taylors l’ouverture d’un bac pro en restauration/hôtellerie. Des enseignants toulousains sont venus donner des cours à Kuala Lumpur. Le relais a été progressivement pris par l’université pour des formations de niveau licence, puis master, puis doctorat. 35 co-masters ont été délivrés en 2014. 520 étudiants malaisiens, mais aussi chinois, indonésiens suivent chaque année ce cursus. Taylors et l’université Jean Jaures ont l’ambition de devenir à moyen terme un centre d’excellence en restauration et hôtellerie pour l’ensemble de l’Asie.

En 2015, un forum des Présidents d’Université est organisé à Paris avec pour ambition la signature d’un accord de reconnaissance de diplômes entre les deux pays.

Un réseau de plus de 700 « alumni » malaisiens (anciens étudiants ou stagiaires en France) se met progressivement en place grâce à une plateforme en ligne proposant un annuaire et un forum.

2. Le développement des partenariats de recherche et d’innovation :

Six chercheurs français appartenant à l’EFEO, à l’IRASEC et au CIRAD mènent des recherches en Malaisie. Vingt enseignants chercheurs français sont embauchés et payés directement par les universités malaisiennes. Le SCAC facilite de près ou de loin une cinquantaine de partenariats dans les domaines aussi variés que les biosciences, les STIC, les énergies renouvelables, les matériaux composites, les nanotechnologies etc…

La Malaisie a été récemment retenue pour 4 projets parmi les 12 sélectionnés après un appel d’offres par les programmes Bio-Asie et STIC Asie. Ces projets concernent les virus coralliens, l’amélioration de la qualité sanitaire des aliments, la valorisation des biomolécules de la filière des bois asiatiques, et la robotique pour les personnes à la vision affaiblie.

Le SCAC cherche à promouvoir les filières de recherche qui ont ou pourraient avoir un lien avec les entreprises françaises implantées en Malaisie.

3 – La coopération éducative et linguistique :

La Malaisie a décidé il y a une dizaine d’années d’enseigner le français comme troisième langue étrangère (avec le japonais et le coréen) dans ses principaux lycées et pour cela, elle finance par un programme de bourses sur 5 ans la formation initiale d’une centaine d’enseignants de français. Cette formation se déroule au CLA de Besançon. Ainsi, en quelques années le nombre des apprenants de français dans les écoles secondaires malaisiennes est passé de 5 à 10 000. Ces nouveaux enseignants sont parfaitement francophones et francophiles après 5 ans en France.

Cet apprentissage du français dans les lycées facilite par ailleurs le choix de la France comme destination pour les études supérieures. Plusieurs sessions de certification DELF sont organisées chaque année.

La promotion du français en Malaisie s’appuie aussi sur deux Alliances françaises, l’une à Kuala Lumpur et l’autre à Penang, ainsi que sur le lycée français Henry Fauconnier de Kuala Lumpur qui accueille 850 élèves et se lance actuellement dans un ambitieux projet d’extension pour doubler sa capacité d’ici 2 ans.

4 – La Coopération culturelle :

La coopération culturelle s’articule essentiellement autour du « Festival du film et des arts français », le « FAFF », festival du film et des arts le plus important de Malaisie, qui est organisé chaque année aux mois de mai et de juin. 200 projections d’une quinzaine de films français récents sont organisées avec le distributeur malaisien, GSC, propriétaire de plusieurs multiplex. Des spectacles de danse moderne, des concerts, des expositions, un marché gastronomique sont aussi organisés tout au long des 4 semaines que dure le festival.

Les deux Alliances françaises de Kuala Lumpur et de Penang organisent par ailleurs régulièrement des spectacles, des concerts, des expositions et des conférences. L’Alliance de Kuala Lumpur met à la disposition de ses adhérents une médiathèque qui sera entièrement rénovée avant l’été 2015.

La gastronomie française est aussi promue au travers de multiple évènements tout au long de l’année, en partenariat avec la Chambre de commerce et d’Industrie franco-malaisienne et les restaurants français de la place.

En 2014, l’Ambassade et les Alliances françaises ont organisé plusieurs débats d’idées sur des thèmes aussi variés que l’évolution de la géopolitique depuis la fin de la guerre froide, le multiculturalisme, le soft power ou encore la laïcité. Elle a fait intervenir pour cela plusieurs conférenciers français de renom (Pascal Boniface, Jean-Loup Anselme, Bruno Suzarelli, Olivier Poivres d’Arvor, Valentine Zuber…).

En 2015, plusieurs conférences sont prévues dans le cadre de la préparation de la COP 21, dont l’une sur la gestion durable des ressources marines et une autre sur les villes vertes et les transports en communs.

Les ressources humaines du SCAC sont constituées de 7 personnes : un conseiller de coopération et d’action culturelle, un attaché universitaire, un attaché pour le français, un secrétaire général, une chargée de mission linguistique, une assistante administrative et une assistante culturelle./.

Dernière modification : 20/05/2015

Haut de page